Invent

Dysphasie – Faciliter les apprentissages


  • Se servir de thèmes qui plaisent à l’enfant pour susciter son intérêt et entretenir le plaisir d’apprendre, de découvrir.
  • Utiliser simultanément plusieurs canaux sensoriels.
  • Accentuer les repères visuels comme les pictogrammes, des codes couleurs, une numérotation, une frise chronologique.
  • Les fichiers Sésame (édition MDI) permettent de s’adapter au niveau de l’enfant en travaillant les compétences sous-jacentes pour chaque matière.
  • Réviser les bases d’une connaissance avant de présenter à l’enfant une nouvelle notion en lien avec celle-ci.
  • Dire à l’enfant ce qui va se passer, ce qui va être abordé.
  • Donner un modèle de la procédure à suivre puis entraîner l’enfant à suivre cette méthodologie.
  • Éviter de travailler deux nouvelles notions en opposition. L’enfant dysphasique risque de mélanger les deux. Présenter une notion à la fois.
  • Faire du lien entre les nouveaux apprentissages et ce que l’enfant sait déjà. Généraliser les concepts et mettre du sens pour que l’enfant puisse les réutiliser dans d’autres situations.
  • Demander à l’enfant «comment fais-tu?» ou «comment le sais-tu?» plutôt que «pourquoi fais-tu ça?».
  • La plupart des exercices lui demande un effort supplémentaire par rapport à ses camarades, cela lui prend du temps et de l’énergie. Il faut alléger les tâches pour le soulager et le laisser digérer les nouvelles notions.
  • Pour l’aider à prendre les bons livres et les bons cahiers, utiliser un protège-cahier et couvrir le livre d’une matière de la même couleur.
  • Fixer un objectif à la fois.
  • Ne pas donner les réponses, faire acheminer l’élève par tâtonnement, expérimentations. Lui faire prendre conscience des stratégies efficaces qu’il trouve de lui-même et favoriser celles-ci. L’aider à choisir la bonne méthode selon le contexte.