Invent

Dyslexie-Dysorthographie – Orthographe


  • Accorder plus d’importance aux accords des éléments de la phrase qu’aux fautes d’orthographe d’usage.
  • Créer une fiche où figure l’orthographe des nouveaux mots les plus importants vus actuellement, à laquelle l’enfant peut se reporter.
  • Lui permettre d’avoir sous la main, s’il en a besoin, une liste avec les petits mots usuels, fréquents tels que : quelques, hier, aujourd’hui, très, beaucoup, assez, ici, vers, devant, derrière, demain, bientôt… Pour ne pas lui faire perdre de temps dans la transcription de ces petits mots et aider à leur mémorisation.
  • Lui permettre de laisser sur sa table un petit pense-bête ou une règle d’orthographe en cours d’acquisition (présentation visuelle). Ex : penser à accorder : sujet-verbe et déterminant-nomEx : féminin –> e, pluriel –> s
  • S’appuyer sur les familles de mots, les féminins pour retrouver l’orthographe de certains mots. Ex : serpenT prend un t parce qu’il existe serpentin, serpenter,… / blonD prend un d parce qu’on dit une fille blonDe…
  • Donner des moyens mnémotechniques. Ex: mourir ne prend qu’un r car on ne meurt qu’une fois et nourrir en prend 2 car on mange plusieurs fois par jour.
  • Donner des règles de fréquence (ex : ca/ka/qua : on rencontre plus souvent [ca] orthographié ainsi ; C est plus fréquent que QU ou K).
  • Pour les mots irréguliers, donner des repères visuels.
  • Travailler sur la morphologie des mots : l’aider à se servir des mots écrits qu’il connaît pour en développer d’autres (utiliser les préfixes et suffixes associé à un radical). Ex : à partir du verbe geler : congeler, surgeler, regeler, dégeler, etc… à partir du mot commande : recommandation, commandant, commandement, commando, décommander, recommandable…
  • Lors des activités de création ne pas se focaliser sur l’orthographe, mais sur les idées de l’enfant. Il ne faut pas que la peur de faire des fautes soit un frein à l’imagination de l’enfant. Proposer d’être son scribe, et dans ce cas là il s’agit de retranscrire fidèlement ses propos.
  • Quand l’enfant devient capable de certaines autocorrections (ex : vérifier les accords), l’inciter à se relire, cela peut l’aider parfois à repérer des fautes et à les corriger. Pour le guider il est possible de lui signaler où se trouvent les fautes par un système de légende en couleurs (ex : entourer en vert les fautes d’accord des noms, en bleu les fautes d’accord ou de conjugaison des verbes, etc…).
  • Rechercher un type d’erreur à la fois, relire d’abord en cherchant les erreurs grammaticales puis celles portant sur l’orthographe d’usage.
  • Pour faciliter la lecture des productions de l’enfant, lui conseiller de privilégier une écriture phonétique lorsqu’il ignore la graphie d’un mot et de ne pas chercher à complexifier son orthographe.