Invent

Dyslexie-Dysorthographie – Mémorisation


  • Un enfant dyslexique peut passer des heures à apprendre une leçon et ne plus s’en rappeler le lendemain. Il est important d’en avoir conscience pour ne pas forcément lui dire qu’il n’a pas fait son travail.
  • Pour favoriser l’assimilation il est bénéfique d’apporter des redondances, de faire passer les savoirs par plusieurs canaux sensoriels (auditif, visuel, kinesthésique). On apprend en écoutant, regardant, faisant. Utiliser les canaux performants de l’enfant pour compenser ceux déficitaires. Ex: pour mémoriser l’orthographe d’un mot lui faire écrire avec son doigt sur le bureau, lui dire en même temps le mot et lui montrer une image du mot.
  • Ne pas proposer à l’enfant la copie de mots comme moyen de mémorisation. Elle est inefficace et fatigante.
  • Avant chaque cours, rappel du cours précédent.
  • Fragmenter les données, les consignes, les présenter par petites séquences et non sous forme d’instructions longues et complexes. Laisser une trace visuelle des différentes tâches à effectuer.
  • L’utilisation de la couleur aide la mémorisation, proposer de surligner les mots clés ou de les mettre en gras : utiliser un code couleur identique pour toutes les matières pour mettre en relief le plan de la leçon. De manière à apprendre strictement l’essentiel.
  • Revenir fréquemment sur les notions antérieures, ré-évoquer, consolider les connaissances acquises.
  • Inciter à échelonner les devoirs (fractionnement, répétition). Ex : apprendre 10 mots pour la fin de la semaine : fractionner l’apprentissage en apprenant 3 mots par jour.
  • Il vaut mieux réviser peu mais souvent. Préférer des séances courtes mais répétées.Ne pas donner trop d’informations à mémoriser en même temps.
  • Proposer des outils « aide-mémoire » (affichage, fiches, sous-mains, carnet…).
  • Pour aider l’enfant à mémoriser les éléments essentiels de ce qu’il a lu (ex : un texte, le chapitre d’un livre) lui donner la possibilité de représenter les événements principaux par des dessins ou petits schémas.
  • Pour les plus grands, leur laisser constituer des notes à leur manière (mots,phrases, schémas, graphiques…) pour établir un aide-mémoire.
  • A la fin d’une leçon ou d’un texte, noter d’une manière simple les points essentiels, sous forme de mots clés ou schémas. Le but est de dégager l’essentiel de ce qui doit être retenu : mots clefs, résumé… Cela les aidera à réviser et à retenir le principal.
  • Pour la récitation de poésie, il peut être bénéfique de ne lui faire apprendre qu’un passage court et d’essayer de le faire passer en dernier, ce qui lui permettra de l’entendre encore plusieurs fois avant de passer. S’il n’est pas à l’aise, éviter de le faire passer devant ses camarades.
  • La répétition peut favoriser la mémorisation.
  • Revoir de temps en temps certaines notions apprises antérieurement. Ces enfants ont besoin de consolider régulièrement leurs acquis.
  • Aider l’élève à faire des liens entre ce qui a été appris et les nouvelles informations ou concepts. Ces enfants ont souvent du mal à utiliser les connaissances déjà acquises. Il faut les aider à intégrer les nouveaux concepts aux connaissances qu’ils possèdent déjà. Faire des liens entre ses connaissances et le nouveau concept abordé.
  • L’utilisation d’un dictaphone avec la propre voix de l’enfant peut pour certains les aider à mémoriser : enregistrer le résumé du cours et les points essentiels pour pouvoir les réécouter.