Invent

Dyscalculie – Compter


  • Maîtriser la correspondance terme à terme est nécessaire pour savoir compter.

    Il s’agit d’être capable d’associer un élément à un autre ; par exemple mettre un bonbon devant l’assiette de chaque enfant (un enfant-un bonbon) ou une personne-une assiette.

    Pour l’entraîner, demander par exemple à l’enfant d’aller chercher autant de (= pareil) feuilles qu’il y a d’élèves. Pour voir s’il est capable d’en prendre le bon nombre.

  • Les mots de la correspondance terme à terme : parfois l’enfant ne comprend pas la signification d’expressions telles que « autant que », « plus que », « moins que »… Dans ce cas, faire manipuler l’enfant : lui présenter 4 feutres et 4 bouchons, lui demander s’il y a autant de feutres que de bouchons.

    Faire manipuler l’enfant en refermant tous les feutres. Faire fermer les yeux à l’enfant. Rajouter un feutre. Faire ouvrir les yeux à l’enfant et lui demander si maintenant il y a autant de feutres que de bouchons.

  • Renouveler l’activité avec d’autres objets puis avec des jetons ou des objets de différentes formes et couleurs.

  • Reformuler si le terme « autant » n’est pas compris : « est-ce que chaque feutre a son bouchon ? Est-ce qu’on pourra refermer chaque feutre ? ». Utiliser le terme « pareil».

  • La « suite numérique » (1,2,3,4…): parfois l’enfant ne sait pas réciter la suite des nombres : il se trompe dans les mots-nombres. Exemple : 1,2,4,5,9,8… Le faire travailler en récitant la comptine de 1 à 10, en tapant dans les mains. Faire des appariements en énonçant la comptine tout en montrant la bande numérique écrite.

    Travailler les questions : qu’est-ce qui vient avant, après le numéro 6…Jeu des erreurs : énoncer la comptine en y glissant des erreurs, l’enfant doit les repérer. 

  •  Le dénombrement est une des bases des mathématiques : c’est le fait de compter plusieurs objets ou symboles. Cela implique de connaître la suite numérique. Pour dénombrer, il est nécessaire de pointer (avec le doigt ou les yeux) chaque élément tout en récitant la chaîne numérique (mentalement ou à voix haute). Ceci afin d’arriver à un nombre final. 

    Il arrive que l’enfant ne parvienne pas à coordonner toutes ces actions et compte plusieurs fois le même objet.

  • Quand l’enfant fait des erreurs de coordination ou de repérage : la récitation de la comptine (ou suite) numérique est en décalage avec le pointage des éléments. Compter à sa place quand il déplace/montre les objets ou inversement : déplacer/montrer les objets quand il compte. 

  • Si l’enfant n’a pas la coordination pointage-comptage, permettez-lui de déplacer les objets à compter. Exigez qu’il dise le nom du chiffre correspondant après avoir posé l’objet, jusqu’à arriver au dernier objet à compter.

  • Si la manipulation est mauvaise : lui montrer une fois en exemple. Pour qu’il voit déplacer les objets/pions…on déplace un objet de haut en bas, ou de gauche à droite, « 1 »…jusqu’à ce qu’ils soient tous rassemblés.

  • S’il doit compter sur un support écrit, l’enfant peut entourer le symbole puis énoncer le nombre. Il peut aussi barrer, mais il est préférable de réserver le barrage aux soustractions.

  • Ne pas confondre la récitation de la chaîne numérique (1, 2, 3, 4,…) avec le fait de compter. Pointer les éléments en récitant ne suffit pas. Il faut trouver le nombre final pour que ce soit une activité de comptage et que la notion soit acquise par l’enfant.