Invent

Dyscalculie – Cahier-outils


  • Calcul : Pour l’enfant « dyscalculique », il est surtout intéressant d’observer si son raisonnement est correct et non de le juger face à ses résultats. Voir avec l’enseignant s’il est possible de lui permettre d’utiliser la calculatrice et un mémo des tables de multiplication.

  • Dans le cahier, on met : les tables, les chiffres, les nombres, les fractions, des exemples d’opérations, du vocabulaire (somme, différence…), un calendrier, une horloge, la monnaie, des tableaux de conversions, les unités de mesures. Le répertoire sera illustré de constructions/termes/symboles géométriques (parallèles, perpendiculaires, polygones, triangles).

  • L’aider à exposer les résultats avec une fiche pré-établie (quand opération + résultat encadré).

  • Souligner, encadrer, annoter, faire des schémas.

  • Feuille de travail : créer un espace pour chaque étape de travail : 1. recherche (schéma), 2.calculs et 3. phrase de réponse.

  • Remaniement des problèmes : proposer plusieurs choix de résolutions et l’enfant doit choisir le bon et le justifier.

  • Les nombres : construire un « dictionnaire des nombres ».

    Ci-dessous, un exemple des chiffres et des nombres jusqu’à 19. Faire de-même jusqu’à 99. 

 

Les nombres sont écrits avec leur écriture en mots. L’élève pourra s’y référer en cas de besoin.

  • La bande numérique :

Bande numérique

C’est un outil qui peut être indispensable pour certains élèves. Elle permet de mettre en relation les nombres les uns avec les autres.

Lui fabriquer la bande et la mettre dans son « cahier-outils ». On peut faire colorier les tous les chiffres, puis tous les nombre d’une « même famille ».

  • Le tableau des nombres :  Ce tableau peut être présenté de différentes manières :

    • on peut le proposer rempli ; avec lui, colorier en bleu les nombres à un chiffre, en rouge les nombres qui se terminent par 5, en jaune ceux qui commencent par 3…

    • on peut le proposer à trous afin que l’enfant le remplisse avec les étiquettes des chiffres ou des nombres manquant ;

    • on peut en faire une moitié et l’autre c’est l’enfant qui la fera. L’enfant devra écrire les nombres manquant dans le tableau.

    • On peut découper en bande le tableau et le faire reconstruire par l’enfant.

    • Avec une croix : retrouver la croix dans le tableau…

  • Aérer les supports écrits : pas trop de données, pas trop d’exercices ramassés, pas trop de schémas, de flèches, de distracteurs…